Médiateur du Faso : La campagne des audiences foraines lancée à Bobo-Dioulasso

Médiateur du Faso : La campagne des audiences foraines lancée à Bobo-Dioulasso

Nommé en Conseil des ministres du 27 septembre 2017, le médiateur du Faso, Saran Sérémé/Séré, a procédé au lancement d’une tournée dans les treize régions du Burkina, le mercredi 10 janvier 2018 à Bobo-Dioulasso. L’intention est  d’expliquer le bien-fondé de sa structure aux populations.

Créé le 17 mai 1994 par la loi organique n°22/94/ADP, le médiateur du Faso est consacré par la Constitution et régie par la loi n°017-2013 du 16 mai 2013. Il est une institution indépendante qui ne reçoit d’instruction d’aucune autorité. Sa mission est donc de défendre, de protéger les droits et les intérêts des citoyens contre les fautes, les négligences, les lenteurs ou lourdeurs, les abus et dysfonctionnements des structures administratives en vue de garantir à chaque citoyen burkinabè ou groupe de citoyen un traitement responsable et juste. La rencontre a constitué à expliquer aux populations ce que c’est que le médiateur du Faso, son rôle, sa mission, les procédures pour saisir le médiateur du Faso, ses domaines d’intervention, ses limites et ses compétences.  Abdoulaye Soma a ressorti dans son exposé l’œuvre du médiateur du Faso qui se trouve être des approches et solutions conciliantes et non conflictuelles à l’implémentation de la justice, de l’équité de la cohésion, de la paix sociale et l’unité nationale. Le médiateur peut aussi proposer des réformes administratives et réglementaires qu’il juge nécessaire à l’amélioration des services publics, et ce dans l’intérêt général des citoyens.

Les domaines d’incompétence du médiateur du Faso

Le médiateur du Faso est incompétent dans les litiges entre les personnes physiques et morales privées, les questions politiques d’ordre général et les procédures engagées devant la justice. C’est dans la quête de solutions des incompréhensions et conflits par la voie amiable et conciliante, afin de rendre l’institution plus accessible et œuvrer à la visibilité et au rapprochement de l’institution à toutes les composantes de la société que la campagne d’information, de communication, de sensibilisation a été entreprise pour toutes les régions du Burkina, afin de renforcer les délégations régionales, d’instituer les représentants provinciaux et de redynamiser l’action des correspondants dans les administrations publiques. Les questions et réponses ont mis fin à cette conférence publique de Bobo-Dioulasso. La délégation poursuit son chemin sur Orodara, Banfora et Niangoloko.

Daniel OUATTARA

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0