Mise en œuvre du PNDES : Un taux d’efficacité   de 65,67%

Mise en œuvre du PNDES : Un taux d’efficacité   de 65,67%

La session ordinaire du comité national de pilotage du Plan national de développement économique et social (PNDES) a eu lieu le vendredi 3 juillet 2020 au sein du ministère des Affaires étrangères à Ouagadougou. Ladite session s’inscrit dans le cadre du processus de suivi et  d’évaluation de la mise en œuvre du PNDES. Et il a été question pour le comité national de pilotage, d’examiner les performances de 2019 et les conclusions de l’évaluation indépendante des trois premières années de mise en œuvre. Le cabinet IPSO estime à un taux de 65,67%, l’efficacité globale dans l’atteinte des objectifs de mise en œuvre du PNDES.

 

Placée sous la présidence du premier ministre, chef du gouvernement, il a été représenté à cette session par Lassané Kaboré, ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, par ailleurs vice-président du Comité national de pilotage du Plan national de développement économique et social (CNP/PNDES).

 Cette revue annuelle de mise en œuvre du PNDES a été une occasion pour le Comité national de pilotage, d’examiner les performances de 2019 et les conclusions de l’évaluation indépendante des trois premières années de mise en œuvre. Au cours des travaux, le comité a examiné les performances atteintes en 2019 et les principales conclusions de l’évaluation indépendante des trois premières années de mise en œuvre du référentiel réalisé par le cabinet IPSO. «Malgré un environnement difficile lié aux défis sécuritaires, à la fronde sociale et récemment à la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19, la mise en œuvre du PNDES est satisfaisante.

 Au cours de l’année 2019, les efforts déployés à plusieurs niveaux, ont permis d’engranger d’importants acquis», souligne le ministre de l’Economie et des Finances. Et de préciser que ces acquis sont relatifs entre autres, au renforcement du cadre macro-économique qui se traduit par la réduction du déficit budgétaire de 3% (respectant la norme communautaire de l’UEMOA) contre 4,9% en 2018.

Le taux de croissance du PIB a été maintenu à 5,7% en 2019 faisant du Burkina Faso la troisième plus forte croissance après le Bénin (6,9%) et la Côte d’Ivoire (6,9%) au niveau des 8 pays de l’UEMOA. Selon toujours ses propos, en matière d’industrie, six (6) usines d’égrainage de coton bio ont été inaugurées. Sur le plan agricole, 120 294 emplois ont été créés en 2019 pour une cible de 80 000 emplois. Au niveau des infrastructures, des centres universitaires ont été ouverts à Banfora et à Ziniaré. En outre, Lassané Kaboré a aussi reconnu des insuffisances qui entachent la mise en œuvre du PNDES notamment la mal gouvernance.

«Le rapport 2019 nous a montré des insuffisances dans la mise en œuvre du PNDES, notamment dans le secteur de la gouvernance et des améliorations à faire dans le domaine de l’éducation et de la liberté d’expression», laisse-t-il entendre. Au titre des conclusions de l’évaluation indépendante de mise en œuvre du référentiel, le cabinet IPSO estime à un taux de 65,67%, l’efficacité globale dans l’atteinte des objectifs de mise en œuvre du PNDES au Burkina Faso, au cours des trois premières années. Il a noté une bonne structuration de la mise en œuvre du PNDES.

Le ministre, pour clore ses propos, a rassuré que la présente session va également permettre la mise en place d’une feuille de route pour corriger les insuffisances du PNDES. En somme, au terme de son évaluation, le cabinet IPSO a formulé des recommandations transversales en vue de la poursuite de la mise en œuvre du PNDES. Il s’agit, entre autres, de restaurer la stabilité du pays, d’améliorer le climat des affaires, d’améliorer le recouvrement des recettes et de lutter contre la corruption.

Larissa KABORE

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR