Mouvement du 21 avril  : Marcel Tankoano tire la sonnette d’alarme

Mouvement du 21 avril : Marcel Tankoano tire la sonnette d’alarme

Voilà bientôt 3 ans, que Roch Marc Christian  Kaboré a accédé  à la magistrature suprême. Et pour beaucoup, rien ne va. Sauf des dysfonctionnements ambiants qui persistent. C’est dans cette optique que le  Mouvement du 21 avril (M21), par le truchement de son président, Marcel Tankoano, a une fois de plus, animé une conférence de presse, le mercredi 13 juin 2018, au Centre national de presse Norbert Zongo à Ouagadougou, pour se prononcer sur la situation nationale.

«Le devoir nous impose une fois de plus, de nous prononcer sur la situation  prévalant dans notre pays. Notre chère patrie que nous voulons prospère et fraternelle sur les sentiers radieux du progrès, dans la justice sociale», a introduit le président du Mouvement du 21 avril (M21). Marcel Tankoano, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a fait savoir, lors de son allocution, que la priorité n’est plus la constitution, puisqu’elle a été selon lui, toilettée par la transition. A l’en croire, ce qu’il appelle «la priorité des priorités», doit être mise en place pour répondre à la détresse alimentaire qui, toujours selon lui, frappe plus de 2 600 000 Burkinabè. «Je vous jure que dans certaines localités, dans le Nord du Burkina, les populations crèvent de faim et depuis janvier, ces populations n’ont qu’une seule ration alimentaire qui est la bouillie», a-t-il déploré. Par ailleurs, Marcel Tankoano a indiqué que le Burkina Faso souffre d’une gouvernance politique, économique et sociale. Celle-ci, ajoute-t-il, se manifeste  par des turbulences au niveau des finances. A cet effet, le M21 a lancé un appel au sens du scrupule du président du Faso. «Au Nord, les écoles restent fermées, l’administration fonctionne au gré de l’insécurité, si bien qu’on est en droit de s’inquiéter sur la tenue des examens et concours dans la localité. En toute responsabilité, je demande aux politiciens de ne pas opposer les enfants du pays les uns aux autres», s’est-il indigné. Au sujet de la conférence nationale sur le système de rémunération des agents de la fonction publique de l’Etat qui a débuté le 12 juin dernier et qui prend fin aujourd’hui, le M21 en appelle à l’esprit de l’entente et de l’apaisement, afin que l’administration publique puisse jouer sa partition dans le développement du pays. Avant de conclure son propos, le président du M21, Marcel Tankoano, a lancé un appel aux chancelleries, aux représentations diplomatiques et à tous les peuples amis du Burkina à s’impliquer auprès du Burkina Faso, «qu’ils ont toujours accompagné et témoigné de leur solidarité, ainsi que leur amitié dans les moments difficiles que notre pays a connus». C’est dans la même veine que ce dernier a donné son avis  sur la rupture des relations diplomatiques avec la Chine/Taïwan : «De mon point de vue, je pense que c’est une erreur de rompre nos relations diplomatiques avec la Chine/Taïwan, au profit de la Chine populaire. On pouvait tout simplement suspendre et voir où est-ce que cette relation avec la Chine continentale nous mènera».

Omar SALIA

(collaborateur)

 

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0