Niger : les troupes allemandes restent pour l’instant

Niger : les troupes allemandes restent pour l’instant

48 heures après l’annonce du retrait des troupes françaises du Niger par le chef d’Etat à Paris Emmanuel Macron, la question de la présence de la Bundeswehr, partenaire de la France dans la lutte contre le terrorisme se pose aussi. Selon Berlin, la Bundeswehr devrait encore rester au Niger même après le départ des 1 500 soldats français du pays. Les soldats «ne sont pas actuellement en danger», dit Berlin. Mercredi 20 septembre dernier, soit une semaine avant, le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius avait pourtant évoqué un départ possible, si les troupes françaises quittaient le pays sahélien, où des militaires ont pris le pouvoir le 26 juillet. Une centaine de militaires allemands sont actuellement co-localisés avec des troupes françaises sur la base aérienne nigérienne de Niamey.

Berlin changera-t-elle donc de position bientôt ? Affrimatif répond le Dr Mathias Basedau, directeur du service des études internationales et africaines à l’institut de recherches allemand, GIGA.

«Il est très probable qu’à plus ou moins long terme, la Bundeswehr se retire également du Niger, comme au Mali, où les Français se sont retirés les premiers et où l’Allemagne les rejoindra d’ici la fin de l’année. Je ne crois pas que l’Allemagne veuille avoir une présence militaire significative là-bas sans les Français, en tout cas à grande échelle. Mais ça, il faudrait bien sûr poser la question au gouvernement allemand lui-même. Car, je pense que la présence militaire allemande prendra fin si la France quitte le Niger», explique Dr Mathias Basedau à la DW.

Selon la Deutsch Weller, à Berlin, il n’est pas question de cela encore… Mais entre les lignes, le Lieutenant-colonel Mitko Müller, porte-parole du ministère de la défense, laisse la porte ouverte à un départ. « Nous avons environ 100 soldats stationnés à la base militaire de Niamey. Il faut maintenant attendre de voir quelle est la chronologie qui va suivre et aussi dans quelle mesure et par quelles étapes tout cela va se faire, le cas échéant pour lancer un rapatriement», a-t-il expliqué.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR