Occupations anarchiques des couloirs de lignes électriques par les populations : La SONABEL fait tinter le carillon de la prévention

Occupations anarchiques des couloirs de lignes électriques par les populations : La SONABEL fait tinter le carillon de la prévention

La Société nationale burkinabè d’électricité (SONABEL), a lancé officiellement la campagne de sensibilisation sur les dangers de l’occupation anarchique des couloirs de lignes électriques par les populations riveraines. La cérémonie a eu lieu le mardi 15 septembre 2020 à Zagtouli, dans l’arrondissement 7 de la ville de Ouagadougou. Cette campagne vise à tirer la sonnette d’alarme sur les dangers que ces populations encourent en construisant sous les lignes électriques et autour des poteaux.

«Haute tension, attention danger de mort», à travers ce slogan, la Société nationale burkinabè d’électricité (SONABEL) veut sensibiliser les populations sur les dangers que représente l’occupation anarchique des couloirs de lignes électriques. Le lancement officiel de la campagne est intervenu hier mardi au marché de Zagtouli, dans l’arrondissement 7 de Ouagadougou. Le directeur général de la SONABEL, Baba Ahmed Coulibaly, a expliqué le bien-fondé de cette campagne. Selon ses explications, l’occupation des lignes est exagérée et la situation est très dramatique surtout au niveau des périphéries.

«Il y en a qui construisent sous les lignes. Et ce n’est pas seulement en périphérie que l’on voit ces situations il y en a même qui prennent les poteaux comme des pieds de leur maison et construisent tout autour des poteaux. On ne va jamais cesser de le dire c’est dangereux», a martelé le DG de la SONABEL. Cette campagne vise donc à tirer la sonnette d’alarme sur les dangers que ces populations encourent. Ce lancement est le premier d’une série de campagnes qui va se poursuivre dans les autres arrondissements de la capitale pour demander à la population d’éviter de se mettre en danger avec leurs familles.

«Nous sommes quotidiennement appelés quand des drames surviennent et c’est malheureusement courant… la situation est suffisamment grave pour qu’on se mobilise tous afin d’éviter que les gens n’occupent ces couloirs de lignes, qui équivalent à des dangers pour eux», a expliqué M. Coulibaly. Pour lui, certaines personnes ignorent véritablement les dangers mais d’autres sont de mauvaise foi. De ses dires, ceux qui sont moins réceptifs devront tôt ou tard faire face à la dureté de la loi.

«Il faudra à un moment donné que les gens arrêtent de construire sous les lignes électriques, autour des poteaux», a-t-il insisté. Et à ceux qui se sont mis en indélicatesse sous ces lignes, le DG de la SONABEL affirme qu’ils en tireront les conséquences, car ce sont des domaines publics et la loi l’interdit. Les autorités administratives et coutumières de Zagtouli ont salué cette initiative et promis d’accompagner la SONABEL à sensibiliser les populations sur les dangers et à respecter les règles qu’elle a édictées.

Placée sous la présidence du ministre de l’Energie, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, a été représenté à cette cérémonie par son directeur de cabinet,  Drissa Conditamdé.

Pour lui,  cette initiative est à saluer parce que l’occupation anarchique des couloirs des lignes de haute tension et moyenne tension constitue un véritable danger pour la population. Il précise que des recommandations ont été faites par les techniciens. Pour les lignes de haute tension, il y a le respect d’une distance de part et d’autre de 25 mètres et pour la moyenne tension à peu près 15 mètres. «Le message aujourd’hui, c’est donc de demander à la population de respecter scrupuleusement ces recommandations pour éviter de connaître des situations dramatiques comme des cas d’électrocution qu’on a souvent vécus», a-t-il insisté.

En outre, il a salué l’utilisation du théâtre forum pour mieux faire passer le message. «(…) La loi est avec eux, ils auraient pu passer par des méthodes coercitives mais ils ont choisi de passer par la méthode de sensibilisation et nous saluons cela. Nous souhaitons que la population puisse avoir une oreille attentive à tous ces messages», a espéré le représentant du ministre. Par ailleurs, pour mieux faire passer le message, la SONABEL passe par des représentations théâtrales réalisées par le théâtre de l’espoir.

Pélagie OUEDRAOGO

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR