Polémique sur la statue de Thomas Sankara : L’oeuvre  sera achevée dans 2 mois

Polémique sur la statue de Thomas Sankara : L’oeuvre  sera achevée dans 2 mois

Le Comité international du mémorial Thomas Sankara ( CIMTS ) a animé le lundi 4 mars 2019, une conférence de presse à Ouagadougou. S’expliquer sur la polémique qu’a suscitée le dévoilement de la statue du président Thomas Sankara a été l’objet de la rencontre. C’est une statue en cours d’achèvement, qui sera finalisé d’ici à deux mois, telles ont été les explications des conférenciers du jour.

Inaugurée le 2 mars dernier, la statue géante de l’ancien président du Faso Thomas Sankara, n’a pas été accueillie avec satisfaction par les Burkinabè qui n’ont pas manqué d’exprimer leur mécontentement dans la plupart des canaux de communication. Pour cause, cette statue ne présente aucunement les traits physiques du père de la Révolution burkinabè. Face au «buzz» créé par le dévoilement de la statue, le CIMTS en compagnie de l’ex-président ghanéen Rawlings, étaient face à la presse pour tout d’abord, s’excuser pour le tumulte occasionné, mais aussi, donner de plus amples informations en ce qui concerne le statue et notamment le mémorial Thomas Sankara.

«Le comité mémorial présente d’abord ses excuses, pour le manque de ressemblance de l’ex-président avec la statue présentée. Une fois réceptionnée nous étions conscients qu’elle n’était pas parfaite. Elle a été dévoilée provisoirement», a expliqué le président du CIMTS, le colonel Bernard Sanou. Et de préciser que la finalisation de l’œuvre se fera dans un délai de deux (2) mois. «Nous apprécions cette grande vigilance et cet intérêt porté sur ce projet. La statue du président Sankara est une commande publique qui date même d’avant le début du mémorial, prévue pour être installée dans un des carrefours de la ville de Ouagadougou.

C’est par la suite que le comité a noué un partenariat avec le ministère en charge de la Culture pour que la statue puisse être le premier signe visible au niveau du mémorial Thomas Sankara. Cette statue a été reçue par le ministère public, et une fois réceptionnée au niveau du CIMTS, ils étaient conscients qu’il fallait encore faire des améliorations, car elle ne ressemble pas à notre héros», explique Nathalie Yamb, représentante du président Rawlings à la conférence de presse. Elle n’est même pas achevée, mais dans le souci de faire coïncider l’ouverture du site du mémorial et le Fespaco, auquel Sankara a insufflé une dynamique populaire et planétaire, elle a été dévoilée provisoirement, explique cette fois-ci, Luc Damien, SG du CIMTS. Et de rassurer que l’œuvre finale reflètera fidèlement le visage de Thomas Sankara.

Par ailleurs, le CIMTS dit endosser la responsabilité de ce qui suivra, et que des corrections seront apportées au fonctionnement du CIMTS pour plus d’efficacité. Et à Nathalie Yamb de dire merci pour ce buzz, C’est une preuve d’amour, car selon elle, quand on n’aime pas on ne s’intéresse pas à ce que fait cette personne. En outre, le CIMTS dispose de trois (3) types de ressources : Ses promesses en nature (agrégats, fer, sable) ; deuxièment, les dons en espèces d’une valeur de 30 millions de FCFA, en leur possession déjà, et troisièmement, les promesses, le total fait 1 milliard 34 millions de FCFA de mobilisation. «Avec la prise de responsabilité du CIMTS, l’engagement du président du Faso, et du président Rawlings, nous vous assurons qu’au final, vous n’aurez plus du mal à revoir le président Sankara à travers ce statut», rassure le président du comité du mémorial.

Selon François Friggit, membre du CIMTS, pour eux, les anciens qui ont eu à connaître la révolution, c’est la fin d’une frustration, car cette statue est là pour rappeler la révolution, surtout aux plus jeunes. «Ce lieu qui est le Conseil de l’entente a été un lieu de terreur, mais le fait d’avoir pu mettre pied sur ces lieux, est très important», affirme-t-il. En somme, les souscriptions ont été rouvertes dès ce jour et toutes les contributions sont attendues sur les différentes plates-formes de paiements sécurisés.

LARISSA KABORÉ

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR