Police municipale : fin de la crise, Sylvestre N’Do retrouve son bureau

 Police municipale : fin de la crise, Sylvestre N’Do retrouve son bureau

C’est la paix des braves dans le corps de la Police municipale. Une semaine après la crise qui a conduit à un mouvement d’humeur des policiers municipaux ayant contraint le directeur général Sylvestre N’Do a abandonné son bureau et à se retrouver hors du service, la tension est retombée au cours de cette semaine. Dans la journée du mardi 12 juin 2018,  le directeur général, Sylvestre N’Do, qui n’avait plus accès aux locaux de la police, a retrouvé son bureau après avoir reçu les honneurs de la troupe, rassemblée dans la cour. C’est après une longue réunion convoquée par le Ministère en charge de l’administration territoriale qui a finalement permis qu’un accord soit signé, mettant fin à la crise.

Selon les protagonistes, c’est le manque d’information a été la cause de la brouille concernant le relèvement du niveau de recrutement. «C’est un décret qui a défini les critères de recrutement et indiqué que les agents sont recrutés avec le niveau certificat. Il n’appartient donc pas au maire, encore moins au DG de la police municipale, d’apporter le changement», explique-t-on.

Le maire de la commune s’est engagé à faire un plaidoyer auprès du gouvernement pour que les textes soient revus d’ici à mi-juillet. Sur le reversement à la CARFO qui devrait concerner environ 250 agents, les policiers ont obtenu l’engagement du gouvernement à examiner de près la question.

«La crise est maintenant terminée«, déclare le DG. Et pour ramener le calme et créer la confiance au sein de la troupe, puis entre la troupe et le commandement, aucune mesure punitive ne sera prise contre ceux qui sont se sont comportés violemment lors de la crise.

Rappelons que les policiers exigeaient, le relèvement du niveau de recrutement, du Certificat au brevet d’études du premier cycle (BEPC), la reconstitution de la carrière de tous les agents, le reversement de tous les policiers à la Carfo et l’augmentation du fond de motivation sur les recouvrements. Ils souhaitaient également que le conseil municipal délibère et accorde 25% sur les services payés, et la mise en place d’un comité de suivi et de partage des services payés avec une clé de répartition bien définie.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0