Policiers et militaires radiés de 2011 : «plus de 600 personnes ont reçu leurs chèques», selon Léandre Bassolé

Policiers et militaires radiés de 2011 : «plus de 600 personnes ont reçu leurs chèques», selon Léandre Bassolé

Présent à Manga dans le cadre de la 16e  édition des Journées des communes burkinabè, le président du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN), Bazomboué Léandre Bassolé, a fait savoir que la majorité des policiers et militaires radiés et révoqués de 2011, sont entrés en possession de leurs chèques. L’information a été donnée au cours de la conférence publique qui a eu lieu le vendredi 22 novembre 2019, et à laquelle, il a pris part comme conférencier. 

Selon le patron du HCRUN, l’Etat burkinabè a décidé d’octroyer aux militaires et policiers radiés de 2011 pour leur réinsertion sociale la somme de 1 500 000 F CFA ou 3 500 000 F CFA par personne. Cette mesure qui n’a pas trouvée l’assentiment de tous avait été rejetée par certains qui jugeaient le montant trop insignifiant. Mais depuis  le 1er au 23 octobre 2019, plusieurs d’entre eux sont passés à la caisse. Cette information a été confirmée par le président du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN), Bazomboué Léandre Bassolé. Il a pris part à la conférence publique organisée le vendredi 22 novembre 2019 à Manga dans le cadre  des Journées des communes. Au cours de cette conférence, il a expliqué aux élus locaux ce qu’est réellement la mission du HCRUN, sa vision et également ses défis. Léandre Bassolé a révélé que sur les 597 militaires radiés, (529) militaires ont pris leurs chèques. Côté policiers sur les 136 révoqués, le président du HCRUN, fait savoir que 112 sont venus retirer leurs chèques. En outre, il précise que certains dossiers ont dû être gelés pour des questions de documents. «Malgré tout ce qui a été dit, il y a plus de 87% de personnes intéressées et cela va augmenter quand nous allons ouvrir la deuxième période de paiement parce qu’il y a certains qui ont reçu l’information tardivement», a-t-il dit.

Concernant la question des ex-députés victimes de l’insurrection populaire, le président du HCRUN affirme que le dossier doit encore franchir des étapes mais il est en bon traitement et des propositions seront faites par l’institution qui pour lui, devront aller vite aussi.

Par ailleurs, pour ce qui est de la réconciliation nationale, le HCRUN assure que le Burkina Faso est sur la bonne voie. Mais pour lui cela va être difficilement sensible tant que les Burkinabè feront face à ce grave problème d’insécurité. «Le processus en lui-même est sur la bonne voie, la sensibilisation prend maintenant il nous faut traiter du plus urgent pour permettre aux gens de retrouver toutes leur quiétude et de participer», a renchéri le président du HCRUN.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR