Application de l’IUTS sur les indemnités : «Elle vise à boucher des trous»

Application de l’IUTS sur les indemnités : «Elle vise à boucher des trous»

L’Opposition politique a animé soin hebdomadaire point de presse ce mardi 1er octobre 2019. Les conférenciers, composés des présidents de l’URD/MS Alphonse Marie Ouédraogo et du PMP, Abdoulaye Arba, se sont prononcé entre autres sur la crise sécuritaire dans le Bam, l’annonce du premier ministre concernant l’IUTS, la demande de soutien du président du Faso à des opérateurs économiques, etc. A propos de l’application de l’IUTS sur les indemnités et primes des fonctionnaires, l’Opposition a déclaré qu’elle vise à diminuer les salaires des fonctionnaires pour boucher des trous.

Les terroristes ont semé la mort le samedi 28 septembre à Komsilga et à Deneon, deux villages de la commune de Zimtanga, dans le Bam. En outre, à Alga dans la commune de Bourzanga, les ennemis sont allés exécuter le chef de terre, dimanche. Au total, une vingtaine de personnes ont été tuées dans le Bam le weekend dernier, «si l’on s’en tient à ce que la presse a pu rapporter», ont précisé les conférenciers du jour, Alphonse Marie Ouédraogo de l’URD/MS et Abdoulaye Arba du PMP. Ces violences ont occasionné le déplacement de 19 000 personnes en 72 heures, selon le haut-commissariat du Bam, cité par l’Agence d’information du Burkina (AIB). La commune rurale de Zimtanga, qui est devenue, avec Bourzanga l’épicentre des attaques dans le Bam, n’a ni poste de gendarmerie ou de police, ni détachement militaire. L’Opposition a donc invité instamment les autorités en charge de la défense et de la sécurité à s’inspirer des succès de Doofu pour contrer les terroristes dans leur progression au Bam.

«Le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré, lors de la 3e session du Bureau politique national (BPN) du MPP a annoncé qu’à partir du 1er janvier 2020, l’Impôt unique sur les traitements et salaires sera appliqué sur les indemnités et les primes des fonctionnaires», a rappelé le président de l’URD/MS. Selon lui, dans la forme, cette annonce est provocatrice et inopportune «C’aurait été devant l’Assemblée nationale ou le Conseil des ministres ou encore lors d’une rencontre avec le monde syndical, la forme de l’annonce n’aurait pas posé problème. Mais le premier ministre a fait cette déclaration dans une tribune partisane, en l’occurrence dans une instance du parti au pouvoir».

Pour les animateurs du point de presse, cette sortie n’est pas de nature à adoucir le climat social. Ils ont expliqué que les indemnités et primes de la fonction publique sont exonérées du fait de l’IUTS. En effet, ce n’est qu’à partir d’un certain seuil que les indemnités de logement, les indemnités de fonction et les indemnités de transport sont frappées d’IUTS. Mais dans les faits, rarement les indemnités dépassent ces seuils. De ce qui précède, l’Opposition voudrait obtenir du premier ministre Dabiré, des éclaircissements :

D’abord, sa décision signifie-telle qu’il y aura une levée de l’exonération sur les indemnités et primes des fonctionnaires ?

Ensuite, cet impôt touchera-t-il le fonds commun qui est aussi une prime ?

Enfin, combien cette mesure va-t-elle rapporter à l’Etat ?

A en croire l’Opposition politique, l’Etat est en difficulté financière, en partie du fait de la gestion chaotique du MPP et compagnie. Cette décision concernant l’IUTS vise donc à diminuer les salaires des fonctionnaires pour boucher des trous. Elle a rappelé que le MPP a pourtant octroyé des exonérations fiscales à hauteur de 200 milliards de francs CFA à ses amis du secteur minier, les caisses noires (fonds spéciaux) contiennent pourtant près de 250 milliards de francs CFA, soit près du dixième du Budget annuel de l’Etat. Ces mesures impopulaires viendront s’ajouter à la taxe sur les automobiles, à l’arrivée de nouvelles plaques d’immatriculation à la flambée des prix des produits de grande consommation. L’Opposition exige de ce fait avant l’exécution d’une quelconque décision sur l’IUTS qu’un bilan soit fait des exonérations accordées par l’Etat burkinabè depuis les dix dernières années. Pour elle, il existe bien des niches fiscales qui pourraient rapporter de gros sous à l’Etat. «Il faut donc que le régime MPP cesse de s’acharner sur le pauvre citoyen qui peine à joindre les deux bouts».

Selon Africa Intelligence dans sa dernière parution, Roch Marc Christian Kaboré consacre beaucoup de temps et d’énergie dans les préparatifs de la campagne électorale de 2020. L’article précise que pour les élections, le président Kaboré a récemment demandé un discret soutien à trois hommes d’affaires qui font la fierté du Burkina. L’Opposition condamne ces méthodes qui selon elle, ne sont rien d’autres que de l’extorsion, car le président Kaboré utilise son pouvoir pour faire pression sur nos respectables hommes d’affaires. «Si les militants du MPP ne peuvent pas cotiser comme le font les militants de l’Opposition, qu’ils abandonnent la politique», a indiqué Alphonse Marie Ouédraogo. L’Opposition a par conséquent souhaité qu’une loi sur le financement des campagnes électorales et le contrôle des donations en période de campagne soit votée. Les conférenciers ont lancé un appel au secteur privé, afin qu’il évite de s’acoquiner avec un régime qui va être bientôt «balayé par une insurrection électorale».

Aline Ariane BAMOUNI

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR