Réhabilitation du boulevard des Tensoba :  Satisfecit du ministre Bougouma

Réhabilitation du boulevard des Tensoba :  Satisfecit du ministre Bougouma

Le ministre des infrastructures, Eric Bougouma, accompagné du maire de la commune de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé, a visité le chantier abritant la réhabilitation du boulevard des Tensoba, le vendredi 11 mai 2018. Il était satisfait de l’exécution des travaux de cette route, longue de 3,25 km dont le taux est estimé à 71,73% pour un délai consommé de 66,67%.

Au Ministère des infrastructures, une parole donnée est respectée. C’est ce que nous avons constaté le vendredi 11 mai 2018, dans l’arrondissement n°6 de Ouagadougou, quand le ministre des infrastructures, Eric Bougouma, accompagné du maire de la commune de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé, s’est rendu sur le chantier abritant la réhabilitation du boulevard des Tensoba. C’est une avenue complètement dégradée, sur laquelle la circulation n’était pas chose aisée. Le gouvernement dans sa mise en œuvre de ses projets de voiries urbaines, a fait de la réhabilitation de ladite voie, une priorité. C’est ainsi que sur la base des économies réalisées sur le projet Ouaga-Komsilga, le Ministère des infrastructures, a pris des mesures pour la réhabilitation de la voie en question  à hauteur des ressources disponibles. Elle est longue de 3,25 km et elle va desserrer les arrondissements n°s6 et 7 de la ville de Ouagadougou. Le maître d’ouvrage est l’Agence nationale du bâtiment et des travaux publics (AGETIB), et le titulaire est le groupement OK/SGTM/GC. Pour un montant de 343 millions 42 mille francs CFA HTVA, le délai d’exécution des travaux est estimé à 90 jours. C’est un chantier dont les travaux ont démarré le 12 avril 2018 et dont le taux d’exécution est estimé à 71,73% pour un délai consommé de 66,67%, a confié le ministre des infrastructures, Eric Bougouma. Selon ses explications, le projet consiste essentiellement à la réalisation de travaux d’entretien de la voie par un rechargement des accotements en graveleux latéritiques (1 m de part et d’autre), et le renouvellement de la couche de roulement existante en béton bitumineux (8 m de large sur 5 cm) et la reprise de la signalisation horizontale  et verticale).

Le ministre, rappelant l’objectif de cette réhabilitation, estime qu’elle vise à améliorer significativement, la sécurité routière, ainsi que les conditions de circulation, au regard du trafic actuel sur l’axe et son état de dégradation préoccupante. Il estime qu’elle va permettre également d’accroître la durabilité de la route, en attendant le démarrage très prochain dans les quartiers périphériques des grands projets de désenclavement qui ont été annoncés et qui seront très bientôt, une réalité, selon ses dires.

Il s’agit d’une annonce importante que le maire de la commune de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé, va confirmer. A l’en croire, cette année, de nombreuses infrastructures seront réalisées dans l’arrondissement n°6. Comme exemple, il rassure que bientôt, le bitumage de la voie qui mène de Ouaga 2000 pour terminer sur la route de Bobo, va débuter. Selon ses explications, il s’agit d’une petite voie de contournement, deux fois deux voies, qui va couper cette avenue de la route de Komsilga ; «tout cela pour désenclaver l’arrondissement n°6 qui est un grand arrondissement de la ville de Ouagadougou», a-t-il soutenu. C’est donc une satisfaction pour le premier responsable de la commune de Ouagadougou qui estime que c’est la preuve que toute la ville de Ouagadougou est en mouvement, grâce à l’appui du gouvernement. C’est donc naturellement, qu’il a réaffirmé toute la gratitude du conseil municipal au gouvernement et à travers, ce dernier, le ministre des infrastructures.

L’entretien des voies, un impératif !

Une chose est de construire des voies, l’autre est de les entretenir. Ce n’est pas le maire Armand Roland Pierre Béouindé qui dira le contraire.Ses propos : «je peux vous rassurer que nous avons pris à cœur le problème de l’entretien», en témoignent. A l’en croire donc, l’entretien est intégré dans le programme au niveau de la commune de Ouagadougou ; «car les voies coûtent cher et quand on les fait, il va falloir les entretenir, afin qu’elles puissent durer», a-t-il soutenu. Il confie que, grâce à la coopération qui existe entre la commune et un certain nombre de partenaires techniques et financiers, elle a acquis des engins d’entretien des voies. Déjà, le maire rassure qu’à partir de l’année prochaine, l’on apercevra sur les voies, des engins qui vont permettre de faire des points d’attend communément, appelés nids de poule, de même que des engins qui font du balayage.

En attendant l’année prochaine, le problème de l’éclairage de l’avenue réhabilitée se pose. Le maire et le ministre, ne le nient pas et Eric Bougouma de déclarer : «c’est une route éclairée avec des lampadaires solaires dont l’entretien pose quelques préoccupations». Pour l’instant, promet-il, «nous réhabilitons la route dans un premier temps et dans un second temps, les structures compétentes vont prendre les dispositions pour remettre l’éclairage public en bon état». Le maire quant à lui, a rappelé que les lampes font partie des premières générations de lampes solaires qui avaient été acquises, il y a quelques années de cela. Il confirme qu’aujourd’hui, un problème institutionnel comme technique se pose pour ce qui est de leur entretien. «Institutionnel, parce qu’entre la SONABEL, le Ministère de l’énergie et les différentes communes, le transfert de compétence n’est pas encore totalement fait», souligne-t-il. Si on veut bien le croire, une concertation avec la société d’électricité est en cours, pour voir qui va prendre en charge les réparations. En attendant, il se veut être rassurant: «pour ce qui est de l’éclairage, nos techniciens sont à pied d’œuvre pour  la réparation».

Thierry AGBODJAN

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR