Reprofilage de l’armée par le capitaine IB : Après les zones d’intérêt militaire de Damiba, voici les régions de Traoré

Reprofilage de l’armée par le capitaine IB : Après les zones d’intérêt militaire de Damiba, voici les régions de Traoré

Après les 2 zones d’intérêt militaire de Damiba, voici venus les jours des 6 régions militaires
du capitaine IB. Le premier avait pour vocation d’exfiltrer des populations dans certaines
localités (Est-Sahel) et mener une quasi guerre totale aux djihadistes qui y squattaient. Le
second, semble vouloir quelque chose de plus élaborée, en augmentant le nombre de
fortifications militaires sur le sol, ariennes et de gendarmeries.Que ce soit sous le premier
mandat et le petit bout du second de Roch ou les 8 mois de Damiba, l’armée burkinabè a
toujours été prise au dépourvu. Quelques offensives ont parfois détruit des nids terroristes.
Mais véritablement, c’est une armée sur la défensive, la riposte après des estocades
sanglantes.Si fait qu’après les révélations du capitaine IB le 10 novembre dernier, lesquelles
révélations étaient connues du reste, mais face au déni d’Etat, aux intimidations de certaines
personnes qui osaient en parler, et surtout à la presse, en acceptant la version officielle.
Chacun se chatouillait en disant que notre «armée montait en puissance» et point besoin de
toucher au moral des troupes par une description exacte de l’existant sécuritaire.Or, elle est
là dure, métallique et réelle : le pays est cerné, et les peintures en rouge des Maps du
Burkina par les chancelleries occidentales n’étaient pas du «mensonge, ni du
néocolonialisme !».Esquisse de solutions du capitaine IB, ce 15 novembre, il fait plusieurs
valses dans les chefs de corps, mais surtout il a augmenté les régions militaires qui passent
de 3 à 6, celles aériennes passent de 1 à 2, et la gendarmerie qui avait 3 légions voit ce
nombre multiplié par 2, et 6 groupements de forces et 6 Bataillons d’intervention rapide
(BIR). Ces BIR sont en réalité les 6 bataillons cobras, ces forces spéciales qui ont pesé dans la
balance lors du coup d’Etat du 30 septembre, et auront permis au capitaine IB de renverser
Damiba. Rapidité combinée à la mobilité seront leur atout. L’objectif de l’érection de toutes
ces puissances militaires, est stipulé dans le décret de création: «intervenir le plus vite
possible et le plus en avant … en privilégiant la mobilité et la puissance de feu». Avec un QG
à Ouagadougou, elles sont opérationnelles sur toute l’étendue du territoire, chaperonnées
par le fameux Commandement des opérations du théâtre national (COTN). Poursuivre les
terroristes où qu’ils aillent, voilà l’objectif ultime de ces régions qui se veulent d’abord pour
mission de rapprocher les FDS des zones «terrorisées», encore qu’à l’heure actuelle, toutes
les localités du Burkina, y compris Ouaga et Bobo (où sont des cellules dormantes, de l’aveu
même du capitaine IB) de nos jours donc, tout le Burkina semble infesté par les
terroristes.Quels résultats faut-il attendre de la création de toutes ces régions ? Va-t-on
pouvoir enfin libérer des zones où des Personnes déplacées internes (PDI) pourront y
retourner ? Et dans quel ordre de grandeur temporel ? Les Burkinabè attendent de voir, ou
plus précisément, ils attendent de prendre part à ce combat pour l’existence même du
Burkina, puisque plus de 25 000 Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) se sont déjà
enrôlés, et il reste encore 24 heures pour toujours le faire. Aux armes donc Burkinabè contre
les terroristes.

La REDACTION

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR