Retour de Gbagbo en Côte d’Ivoire   : Vite, il faut mettre fin à l’imbroglio !

Retour de Gbagbo en Côte d’Ivoire   : Vite, il faut mettre fin à l’imbroglio !

Le retour de l’ex-président Laurent Gbagbo déchaine les passions sur les bords de la lagune Ebrié. A une semaine de la date annoncée, les conditions de ce retour au bercail font toujours l’objet d’intenses discussions entre l’exécutif ivoirien et les responsables du Front populaire ivoirien (FPI-GOR). Si les différents camps s’accordent sur le principe de ce retour en Eburnie, les conditions qui devront l’entourer constituent la pierre d’achoppement. Alors que dans les rangs du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), on souhaite qu’il ait lieu en toute discrétion, le FPI-GOR souhaite réserver un accueil digne de ce nom à son champion qui retrouve les siens après 10 ans passés à La Haye,  dans les geôles de la Cour pénale internationale (CPI).

Pour les lieutenants du Woody de Mama, cette victoire sur la justice internationale célébrée dans les rues d’Abidjan comme il se doit à l’annonce du verdict de la Chambre d’appel, le 31 mars dernier, devra connaître son épilogue avec l’accueil triomphal qui se prépare depuis quelques semaines. Et c’est là, que ça coince. Pour tenter de lever cette embuche, plusieurs rencontres ont eu lieu entre le gouvernement ivoirien et la délégation conduite par le secrétaire général du FPI-GOR, Assoa Adou sans que rien de très précis ne soit annoncé sur la question.

Du reste, le ministre en charge de la Réconciliation nationale, Kouadio Konan Bertin a dû multiplier les rencontres ces derniers jours sans réussir à obtenir un consensus souhaité. Alors que l’on approche de cette date, et que les positions semblent très tranchées, il ne reste plus que l’arbitrage du grand sachem pour départager les protagonistes. Alassane Ouattara qui dès le lendemain de l’acquittement de son prédécesseur, assurait les Ivoiriens de sa volonté d’œuvrer en faveur d’un retour devra clore le débat en prenant la hauteur qui sied à son rang pour mettre fin à ce jeu de micmac malsain qui n’honore pas le parti présidentiel.

Durant ces deux dernières semaines, plusieurs cadres du RHDP et pas des moindres se sont illustrés de façon négative en ramant à contre-courant du discours officiel sensé accompagner ce retour qui devra annoncer les couleurs d’une réconciliation nationale que les millions d’Ivoiriens appellent de vive voix. Il revient donc au président Ouattara de ramener ses lieutenants zélés dans les rangs en sifflant la fin de la récréation et en mettant un terme à l’imbroglio politique suscité par ce voyage retour de Laurent Gbagbo.

 

Davy Richard SEKONE

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR