Retour de plusieurs Pro-Gbagbo à Abidjan : Déblayer le terrain en attendant le «Woody»

Retour de plusieurs Pro-Gbagbo à Abidjan : Déblayer le terrain en attendant le «Woody»

Le processus de dégel et d’apaisement se poursuit sur les terres de la Lagune Ebrié. Après la promesse du président Ouattara d’œuvrer de toutes ses forces pour «garantir un retour» à son ancien rival et ex-président Laurent Gbagbo, c’est au tour de plusieurs proches du célèbre prisonnier de Scheveningen de fouler le sol ivoirien.

 En principe, ils seront au total, six militants et cadres de l’ancien parti au pouvoir le Front populaire ivoirien (FPI) a embrassé de nouveau la terre de leurs ancêtres, qu’ils avaient été contraints de quitter

en catimini au lendemain de la crise postélectorale qui a endeuillé le pays.

Ainsi, après 10 ans d’exil, Justin Katinan Koné, ancien ministre du Budget de Laurent Gbagbo mais aussi Adia Pikass, Tahi Étienne, Jeannette Koudou, Véhi Tokpa, Innocent Abouo pourront retrouver les siens. 

Signalons qu’avant d’acter le retour de ces éxilés, la justice ivoirienne avait ordonné la libération de dame Pulchérie Gbalet, présidente d’Alternative citoyenne ivoirienne (ACI), organisation de la société civile proche de l’opposition, arrêtée et incarcérée  depuis août 2020, lors d’une manifestation contre un troisième mandat du président Alassane Ouattara.

Ce retour rendu possible grâce à des négociations entre les gouvernements ivoirien et ghanéen sous les auspices du Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU constitue un grand pas de géant dans le sens de la réconciliation en attendant le retour du «Woudy» de Mama et de son général Charles Blé Goudé. Ce retour au bercail est en sorte une  tour de chauffe ou encore une façon de déblayer le terrain pour le grand retour (celui de Laurent Gbagbo).

C’est aussi une façon pour le président Ouattara, à l’entame d’un troisième mandat obtenu dans le sang et sans une véritable «gloire de desserrer» l’étau pour ramener la paix et la quiétude dans ce pays jadis présenté comme un havre de paix. La  paix, cette richesse inestimable tant galvaudé par les différents successeurs du «vieux Houphouët», constitue aujourd’hui un vœu pieux dans la vie des millions d’Ivoiriens visiblement épuisés et extenués des «querelles interminables» des politiques.

Il faut donc au passage, saluer la volonté affichée du pouvoir RHDP d’ouvrir la voie à l’apaisement après les graves douleurs subis çà et là lors des différents rendez-vous électoraux qu’a connus le pays d’Houphouët. Mais, il est nécessaire que ce processus de réconciliation soit accompagné d’une catharsis sociale fondée sur le triptyque «vérité-justice-réconciliation», pour une vraie paix des cœurs.  Ce sera le meilleur héritage que pourront laisser à la postérité, les trois  pachydermes et derniers grands noms du marigot politique ivoirien que sont Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo.

Davy Richard SEKONE

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR