Riposte contre le coronavirus en Afrique : On muscle les mesures  de distanciations sociales

Riposte contre le coronavirus en Afrique : On muscle les mesures  de distanciations sociales

A l’instar des autres continents, l’Afrique lutte pour terrasser le virus couronné apparu à Wuhan en Chine. Prestations télévisuelles coup sur coup pour Kaïs Seid de la Tunisie le 19 mars et Roch Kaboré pour le Burkina le lendemain qui tous deux sont allés de façon musclée sur la riposte anti-Covid-19.

Le tunisien, tout en invitant les étrangers à regagner leur bercail, des vols spéciaux y ont été aménagés a fermé les frontières du pays.

A 3 000 kilomètres de là, le président du Faso, dont le pays compte 75 malades et 4 décès, lui a aussi fermé à partir du samedi 21 les frontières terrestres, ferroviaires et aériennes sauf le fret et décrété un couvre-feu allant de 19 heures à 5 heures de matin, les regroupements de 50 personnes sont interdits, les écoles et universités étaient closes depuis 1 semaine.

En Côte d’Ivoire, avec ses 17 contaminés,   mêmes fermetures des délimitations frontalières aérienne, maritime et terrestre, (excepté le fret) le 22 mars. Le groupe Magic system ivoirien a reporté son magique FEMUA, qui regroupe entre 30 à 50 mille festivaliers. Et encore au pays d’Houphouët, on a aussi réactivé le centre des opérations d’urgence de santé publique (COUSP).

En RD Congo, accusé à tort ou à raison d’avoir déboîté en retard contre l’épidémie, le président Félix Tshisekedi est désormais sur le pont quotidiennement. La RD Congo qui est à 22 cas, a enregistré son premier décès (Le directeur de cabinet de la ministre de l’Economie), a sorti à travers l’office congolais de travail une batterie de 12 mesures qui vont de la mise en place d’un groupe d’experts, à l’interdiction de tout regroupement inapproprié.

En Algérie, ce sera le 57e vendredi sans Hirak, c’est-à-dire sans les abonnés des rues contre l’ancien système toujours aux commandes. La lutte contre le coronavirus par le respect scrupuleux des consignes a finalement assagi les marcheurs, des vendredis et mardis. L’Erythrée et l’Ouganda, comptent leurs premiers cas…

On le voit, partout en Afrique, le Covid-19 qui a pris de court scientifiques et politiques, se trouve désormais face à des réactions similaires : il s’agit de couper les chaînes de contamination et aussi de pouvoir prendre efficacement en charge les malades sans le phénomène de saturation.

L’Afrique infirme de la capacité de diagnostic, de réseaux hospitaliers, de systèmes ventilatoires, de masques, de solutions hydroalcooliques … a décidé pourtant de réagir avec vigueur. Le continent sait que la médecine à l’âge de ses instruments et démunie de tout, il faudra qu’elle passe par des décisions très dures. La vulnérabilité des systèmes sanitaires face ce virus, qui donne même du fil à retordre en Europe passe par un changement copernicien de comportement des Africains : accepter de ne plus se serrer la main, se laver les mains au savon au lieu d’ânonner «qu’on peut manger les mains sales, car tout ce qui ne tue pas  engraisse» …

Avec un Covid-19 qui contamine 2 à 3 personnes contre 1 pour la grippe normale, l’urgence semble pour l’Afrique d’accentuer les mesures de distanciations sociales pour que les personnes contaminées ne puissent pas rependre la maladie, et pouvoir soigner les malades. La limitation des déplacements, le rester chez soi est quasiment dans les esprits.

L’objectif principal et vital pour l’Afrique est de gérer le pic épidémique, à savoir quand adviendra à peu près ce sommet, ce pinacle qui signera en même temps, la descente de la maladie. Et vu les délais d’incubation, les questions liées au diagnostic, et la prise en charge, le management d’un tel pic s’avérera long et chronophage, mais c’est le prix à payer, car si entre 8 décembre 2019 et le 15 mars 2020, la Chine a pu circonscrire et vaincre le virus,  les autres pays le peuvent, l’Afrique aussi à condition que les populations soient disciplinées et  rigoureux avec les consignes des cliniciens et des décideurs politiques.

Sam Chris

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR