Risque d’épidémie de méningite : Le Burkina prêt à la riposte

Risque d’épidémie de méningite : Le Burkina prêt à la riposte

Le Burkina Faso ne souhaite plus se faire surprendre par une épidémie. Face au risque d’épidémie de méningite, qui fait des ravages, le Ministère de la santé a donc décidé de prendre le taureau par les cornes. Le vendredi 9 février 2018, s’est tenue la rencontre préparatoire de la saison épidémique 2017-2018 de la méningite. Initiée par le Ministère de la santé, elle était destinée aux gouverneurs des régions, et vise également à outiller l’ensemble des acteurs intervenant dans la gestion des épidémies, sur d’éventuels cas de la dengue ou de la fièvre hémorragique à virus Lassa. C’est du reste ce qu’a signifié le ministre de la Santé, Nicolas Méda, à l’entame de cet atelier. «C’est le moment de redoubler de vigilance pour détecter les moindres signes d’alerte. C’est aussi le moment propice pour affiner notre préparation afin que nous soyons prêts à affronter les éventuelles situations épidémiques», a déclaré le ministre de la santé, Nicolas Méda.

Si de par le passé, le Burkina Faso a fait face à des épidémies massives de méningite, le Pr Nicolas Méda soutient que son pays, depuis 2010, n’a plus connu d’épidémies dues au méningocoque A. Cela, grâce à une campagne de vaccination. Et si entre 2010 et 2017, les cas de méningite ont considérablement baissé, passant de 6837 cas à 2648 cas, le ministre de santé reste persuadé que la méningite demeure une pathologie épidémique récurrente au Burkina Faso. En effet, dit-il : «Le faciès épidémiologique de la méningite dans notre pays est de plus en plus marqué par la prédominance du Neisseriameningitidis W et du pneumocoque. Il est aussi marqué par la persistance de circulation d’autres germes épidémiogènes ( Nmsérogroupes X, Y et C)». Puis de poursuivre : «Le risque de survenue d’une épidémie de méningite due à ces germes en 2018 se trouve aggravée par l’absence de prémunition naturelle de la population». Selon lui, la tenue de cette rencontre se justifie par la nécessité de mettre des cadres de lutte en place. «Nous avons rassemblé tous les décideurs au niveau national et régional, pour présenter le document de préparation de toutes les équipes en vue de faire face à une éventuelle épidémie de méningite», a signifié le ministre de la santé. Et de soutenir, qu’il s’agit de considérer des outils comme la surveillance et l’alerte, pour se préparer à d’autres épidémies comme le cas de la dengue, de la fièvre hémorragique à virus Lassa, qui sont également des préoccupations.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0