Rupture des Accords de défense du Mali avec la France : Du Timisoara de Gossi à une escalade éperdue

Rupture des Accords de défense du Mali avec la France : Du Timisoara de Gossi à une escalade éperdue

Ça tombe mal cette «dénonciation» des Accords de défense avec Paris effectuée par Bamako, car elle intervient au moment où Barkhane plie bagages, range son arsenal, sa logistique et emprunte le chemin de sortie du Mali.

Or parmi les 3 textes rendus caducs par cette rupture (coopération de la France en matière de défense datant de 2014) il y a surtout les 2 qui pourraient tomber sous le coup de celle-ci : le statut des forces étrangères de Serval, puis Barkhane de 2013 et Takuba en 2020. Les soldats français et européens ne pourront être loin du Mali que d’ici 6 mois, et comme l’a précisé en substance Emmanuel Macron le 17 février 2022 à Bruxelles, ce retrait se fera en ordre et dans la discipline. Or, manifestement, le Mali veut pousser ces militaires étrangers dehors fissa et la rupture pourrait aussi concerner le rétablissement des visas, la cessation des exonérations douanières sur le matériel et d’éventuelles poursuites militaires en cas de violation ou de fautes de militaires français ou étrangers.

Mais en vérité, cet épilogue, était attendu, tôt ou tard, et ce qui a précipité cette rupture des Accords de défense, c’est d’abord Moura, du nom de cette localité où plus de 200 personnes auraient été massacrées par les FAMa dénoncées par l’armée française, mais il y a surtout Gossi, ce Timisoara, attribué aux militaires français, lesquels avec une vidéo ont pu montrer qu’il s’agissait de cadavres qu’on ensevelissait, mais pas tués par les Français, encore faut-il savoir où ils ont été tués. Faux charnier, mais vraie vidéo, montrant des militaires blancs  qui, pelletée après pelletée recouvraient de sable ce qui ressemble à des corps humains.

Un Timisoara donc, du nom de ce village où on avait accusé l’ex-dictateur roumain Nicolac Ceucescu, d’avoir enseveli des victimes de ses sicaires, alors que ce sont 150 victimes de la guerre tombées le 19 décembre 1989, loin des milliers de morts annoncés par les médias. Le «Génies des Carpates» n’y était pour rien.

Gossi semble avoir sonné le glas des Accords de défense, car dernier épisode gravissime de relations devenues exécrables entre le Mali et la France. Un Gossi qui n’a toujours pas livré tous ses secrets : qui sont ces soldats blancs faisant du sport dans ce camp ? Pourquoi le survol de drones français permis par les Accords (avant leur dénonciation) donne-t-il tant de nervosité aux autorités de Bamako ?

Enfin, c’est dommage qu’entre 2 pays «enchaînés» par l’histoire, en arrivent là, un point de non-retour ? On espère peut-être que c’est réversible, car la France comme le Mali, chacun perd quelque chose, et ça ressemble à une escalade éperdue !

La REDACTION

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd❜hui au Faso

GRATUIT
VOIR