Rupture des accords de défense du Mali avec la France : Place à la Russie officielle ?

Rupture des accords de défense du Mali avec la France : Place à la Russie officielle ?

Le Rubicon a été finalement franchi et on voyait les autorités maliennes s’acheminer vers cette décision à travers la marche graduelle qu’elles avaient adoptée. lundi 2 mai 2022,  dans une déclaration télévisée, le colonel Abdoulaye Maïga, porte-parole du gouvernement malien, a fustigé les accords sur la présence des forces française et européenne au Mali.

A travers cette déclaration, le pouvoir de Bamako, dénonce les accords de défense avec la France et ses partenaires européens, fustigeant les «atteintes flagrantes» de la part des forces françaises présentes dans le pays à la souveraineté nationale et de «multiples violations» de l’espace aérien malien. Cette dénonciation, mettant à exécution une menace agitée depuis des semaines, constitue une nouvelle manifestation de la dégradation des relations entre les autorités dominées par les militaires arrivés au pouvoir par la force en août 2020 et les anciens alliés du Mali dans le combat contre les djihadistes.

«Les autorités maliennes rompent les Accords de statut des forces (Status of Force Agreements, ou Sofa) fixant le cadre juridique de la présence au Mali des forces française Barkhane et européenne Takuba, ainsi que le traité de coopération en matière de défense conclu en 2014 entre le Mali et la France», a déclaré le colonel Abdoulaye Maïga, porte-parole du gouvernement, sur la télévision nationale.

«Depuis un certain temps, le gouvernement de la République du Mali constate avec regret une détérioration profonde de la coopération militaire avec la France», a-t-il expliqué.

Il a notamment cité «l’attitude unilatérale» de la France lors de la suspension en juin 2021 des opérations conjointes entre les forces française et malienne, l’annonce en février 2022, «encore sans aucune consultation de la partie malienne», du retrait des forces Barkhane et Takuba, et les «multiples violations» de l’espace aérien malien par les appareils français malgré l’instauration par les autorités d’une zone d’interdiction aérienne au-dessus d’une vaste partie du territoire.

La glace qui sépare le Mali et la France vient encore de s’épaissir avec ce gros pavé militaro-diplomatique que vient de jeter le Mali dans la Seine : il «dénonce» les Accords de défense qui le lient à l’ex-Métropole. Après le renvoi de l’ambassadeur français, celui de Barkhane pour insuffisance de résultats dans la lutte contre le terrorisme, voici le pinacle de cette escalade avec la rupture des Accords de défense.

Tenus secrets pour tous les pays qui l’ont scellés avec la France, ces Accords n’ont jamais été rendus publics. Néanmoins, on sentait la chose venir via les charniers de Moura et de Gossi, on savait qu’entre la France et le Mali, un dégel était inenvisageable. C’est l’issue inéluctable de 2 pays qui ont des liens historiques (de colonisateur à colonisé) mais, comme un couple. Ces derniers temps, les raisons d’un divorce se sont accumulées. Et après la séparation de corps ce divorce était quasi certain. Serait-ce avec la Russie que va signer le Mali de nouveaux Accords ?

Wagner a-t-il maintenant le champ libre pour la sécurité au Mali ? La Russie officielle va-t-elle réchauffer des rapports vieux de plusieurs décennies ? On n’a en finit pas de parler de la France et du Mali car entre la Transition et l’Elysée et le Quai d’Orsay c’est vraiment une fâcherie homérique ! .

Davy Marie SEKONE

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd❜hui au Faso

GRATUIT
VOIR