Secteur énergétique au Burkina : Les députés autorisent la ratification de l’ASI

Secteur énergétique au Burkina : Les députés autorisent la ratification de l’ASI

Les députés de l’Assemblée nationale, ont voté à l’unanimité des 112 votants, ce vendredi 9 mars 2018, le projet de loi portant autorisation de ratification de l’accord-cadre de l’Alliance solaire internationale (ASI), signé à Marrakech au Maroc, le 15 novembre 2016. Face à la Commission des affaires étrangères et des Burkinabè de l’étranger (CAEBE), présidée par le députée Bindi Ouoba, chargée de l’examen du projet, le gouvernement, représenté par le ministre de l’énergie, Bachir Ismaël Ouédraogo, a défendu son projet.

 Le Burkina Faso a, dès l’ouverture à la signature de l’accord-cadre portant création de l’Alliance solaire internationale à Marrakech, procédé à sa signature le 15 novembre 2016. Cette ratification qui entre en droite ligne de la volonté de notre pays de s’orienter vers les énergies renouvelables renforcera les efforts nationaux dans le domaine de l’énergie solaire.

Après avoir échangé avec le gouvernement, représenté par le ministre de l’énergie, un ancien de l’hémicycle, Bachir Ismaël Ouédraogo, les commissaires ont procédé à l’examen du projet de loi, article par article, et y ont apporté des amendements. La Commission des affaires étrangères et des Burkinabè de l’étranger (CAEBE) s’est dit convaincue que l’adoption du présent projet de loi d’autorisation de ratification, qui n’implique aucune contrainte financière particulière pour le pays, permettra à l’Etat burkinabè de renforcer les efforts nationaux en matière de développement de l’énergie solaire. Par conséquent, elle a recommandé à la séance plénière l’adoption du présent projet de loi, avec les amendements faits au texte initial.

 «Considérant le caractère stratégique de l’ASI, considérant la place essentielle qu’occupe les énergies renouvelables dans la politique énergétique du Burkina, etc. les commissaires de la CAEBE, ont recommandé au gouvernement l’adoption et la mise en œuvre d’une stratégie de valorisation des compétences des ressources humaines nationales, au sein de l’ASI».

Ce que gagne le Burkina

Le ministre de l’énergie, Bachir Ismaël Ouédraogo, a rappelé que conformément à l’article 13 de l’accord-cadre, celui-ci n’entrera en vigueur qu’après le dépôt du 15e instrument de ratification. Les quinze premiers pays ayant ratifié l’accord auront de droit la qualité de membres fondateurs de l’ASI, «Malheureusement, notre pays n’a pas pu être dans la célérité pour figurer parmi les 15, car actuellement, on y dénombre près de 121 pays». Selon lui, le Burkina gagnera en ratifiant l’accord, car  nous importons près de 45% de notre électricité, qui est un facteur très important et l’indépendance énergétique est éminemment importante, «dès qu’il y a une petite coupure en Côte d’Ivoire, nous somme délestés de 90 mégawatts». Etant donné que la seule ressource qui est stable et abondante au Burkina, c’est le soleil, il est important pour les autorités de faire entrer notre pays dans des mécanismes qui puissent nous apporter des avancées.

Le ministre de l’énergie, Bachir Ismaël Ouédraogo, au cours de la plénière, a déclaré que la demande d’électricité croit de 13 à 15% par an. Par conséquent, il nous faut un plan Marshall pour le secteur de l’énergie. L’énergie est à la base de tout, car elle touche l’éducation, la santé, l’agriculture, l’élevage, les PME et PMI, etc. «Il faut donc nécessairement, un investissement massif pour permettre que l’ensemble du pays puisse être satisfait et même procéder à l’exportation». Pour faciliter l’utilisation de l’énergie solaire, le ministère s’est engagé à mettre de l’ordre. «L’ANEREE sera spécialisée dans le sens de donner le label de qualité à un certain nombre d’entreprises qui vont figurer sur le site du ministère», foi de Bachir Ismaël Ouédraogo. Il a laissé entendre que le gouvernement compte construire des centrales solaires pour les grandes villes, car la transportation de l’énergie entraîne des pertes de l’ordre de 10 à 15%.

Aline Ariane BAMOUNI

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0