Sommet Coalition anti-Daesh de Marrakech : Une réponse additionnelle contre les ouailles d’Al-Bagdagi au Sahel

Sommet Coalition anti-Daesh de Marrakech : Une réponse additionnelle contre les ouailles d’Al-Bagdagi au Sahel

Pour les Sahéliens, notamment les populations du Mali, Burkina et Niger, confrontées à la kyrielle de katibas telles que JNIM, Front de libération du Macina, Al-Qaïda, nous avons peut-être tendance à oublier l’Etat islamique ou Daesh, lequel se signale pourtant par certaines de ses ouailles en Afrique et ailleurs, preuve que sa relative éclipse par le monstre créé par Ben Laden, n’est que de façade.

A juste raison, l’Irak est loin le blitzkrieg du 10 juin 2014 de Mossoul de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), cette scissipare d’Al-Qaïda est aussi lointain et depuis 8 ans Ninive, Kirkouk ou Salahadhim les villes prisonnières de l’EI, beaucoup de choses ont évolué dans le terrorisme mondial.

Cependant, Daesh vit, tue toujours, écume et n’a pas renoncé à son califat, ni à la constitution de cellules dormantes, y compris en Afrique. Selon Nasser Bourita, le ministre marocain des Affaires étrangères «27 entités terroristes sont implantées en Afrique». C’est cette piqure de rappel que fait la Coalition anti-Daesh, par cette réunion de Marrakech qui se déroule du 11 au 12 mai 2022 au Maroc. D’ailleurs, ce cénacle est dévolu pour ce coup-ci au continent africain.

3 pays africains de la sous-région ont d’ailleurs été invités à cette réunion ministérielle contre EI à savoir le Bénin, qui vient d’adhérer comme le 85e pays, le Burkina et le Niger. Le Sahel et même les pays des côtes sont métastasés par l’hydre terroriste (voilà le Togo frappé pour la 2e fois hier 11 mai), le royaume alaouite en accueillant ce sommet des ministres des Affaires étrangères, poursuit 2 objectifs :

– Stabiliser les zones touchées dans un passé récent par l’EI en mettant l’accent sur la communication, réponse pertinente s’il en est quand on sait que c’est moins le nombre de victimes, que l’effet démultiplicateur en terme de communication que cherche tout terroriste, d’où une réplique stratégique recherchée à Marrakech.

– Combattre les combattants terroristes étrangers installés en Libye, mais disséminés aussi en Afrique. Pour opérationnaliser toutes ces actions, l’Africa Focus Group a vu le jour il y a quelques mois, et Marrakech devrait en affiner les tenants et aboutissants.

Les dizaines de délégations présentes à Marrakech, vont donc dire au monde entier de ne pas oublier Daesh, et le royaume chérifien, à la tête duquel, se trouve le roi M6, en accueillant ce conclave, s’affiche résolument comme un grand partenaire de la lutte contre le terrorisme, et pour la paix. Les Etats-Unis également, présents sur plusieurs terrains où écume le terrorisme, leur présence dans la cité balnéaire demeurent toujours un grand adversaire de Daesh et de tous les terrorismes.

D’ailleurs, selon notre envoyée spéciale à Marrakech, entre Nasser Bourita, chef de la diplomatie marocaine et la sous-secrétaire d’Etat américain, Victoria Nuland (Blinken absent pour Covid-19) entre les 2, il y avait une certaine complicité et complémentarité, qu’on ne saurait douter que Marrakech a apporté une plus-value pour l’Afrique dans la défense de ses intérêts sécuritaires  sur plusieurs plateformes, dont la moindre n’est pas celle contre le terrorisme.

La REDACTION

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd❜hui au Faso

GRATUIT
VOIR