Sommet UA sur le Soudan et la Libye : Les plans fragiles d’Al-Sissi

Sommet UA sur le Soudan et la Libye : Les plans fragiles d’Al-Sissi

Deux sommets pour pas grand-chose, pour ne pas dire pour rien, écrivons-nous dans notre éditorial d’hier au sujet des réunions de l’UA sur le Soudan et la Libye convoquées par le président égyptien et président en exercice de l’organisation continentale.

Hier, dans la capitale égyptienne, c’est un rais convaincu déjà des résultats du référendum en cours sur l’allongement du mandat et de son nombre qui a indiqué qu’un consensus s’est dessiné pour accorder un moratoire de 3 mois au Conseil national de Transition, afin de passer la main aux civils. 3 mois de transition donc au lieu des 2 années que s’était imparti, les militaires, qui ont sacrifié leur chef Omar El Béchir, sur l’autel de la révolution soudanaise.

C’est un rabot dont ne pourraient se satisfaire les Soudanais, qui savent très bien que plus le temps passe, plus la révolution pourrait leur échapper. Et puis Al Sissi qui chapeaute ce sommet, n’a-t-il pas été le bénéficiaire du printemps égyptien et qu’en a-t-il fait ?

Tout sauf passer le pouvoir au peuple. Quelle réponse les Soudanais donneront-ils à ces propositions, eux qui ont coupé langue avec les militaires ?

Quant à la Libye, dans ce capharnaüm laissé par le Guide, difficile de résoudre son cas, en n’élargissant pas le spectre des participants à un tel sommet. Car la Libye, c’est l’affaire des Libyens d’abord, des Africains ensuite, mais surtout aussi des Occidentaux et des Américains, qui sont à la base de cette déconfiture et qui veulent assurer l’après-vente.

C’est pourquoi, sans associer ces concernés si loin, mais combien si près au brûlot libyen, il sera difficile à l’UA de démêler l’écheveau du pays de la Jamahiriya. Fragiles plans donc pour Al Sissi au Caire.

La REDACTION

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR