Sondage Présimètre : De 5,8 Roch chute à 4,9

Sondage Présimètre : De 5,8 Roch chute à 4,9

Six mois aprèsavoir obtenu la note de 5, 8/10 au sondage d’opinion commandité par le Centrepour la gouvernance démocratique (CGD) en collaboration avec l’ONG Diakonia, leprésident du Faso a enregistré une chute au sein de l’opinion. C’est ce quiressort du dernier sondage d’opinion réalisé dans la première semaine de décembre2018 et dont les résultats ont été livrés lors d’un dialogue démocratique animédans la soirée du samedi 8 décembre à Ouagadougou. Roch Marc Christian Kaboréperd la moyenne et s’en sort avec une moyenne générale de 4,91 sur 10.

C’est sous les lambris de la salle de conférence du Conseil burkinabè des chargeurs et devant un aréopage de personnalités du monde politique et de la société civile que s’est tenu ce quatrième rendez-vous. A la loupe des 2064 personnes interrogées, les grands axes du programme présidentiel, à savoir : «Reformer les institutions et moderniser l’administration, développer le capital humain, dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et les emplois».

Reformer les institutions et moderniser l’administration

Les principales questions abordées dans ce volet du programme du chef de l’Etat sont entre autres :

– la «réduction du train de vie de l’Etat» qui affiche 8,4% de satisfaction contre 66,2% d’insatisfaits et 15,4% de sans avis.

– la «tolérance zéro pour tout cas de corruption, fraude de faux et usage de faux avérés» assorties de 20,9% de personnes satisfaites 67,6% d’insatisfaits et 11,4 de sans avis.

– la promotion d’une gouvernance vertueuse est logée à la même enseigne. 22,8% des personnes interrogées ont marqué leur satisfaction des efforts faits en ce sens contre 61% d’insatisfaction et 16,2% de sans avis.

– Pour ce qui est de la «lutte contre la fraude et la corruption dans l’administration», il ressort que 22,3% ont approuvé l’action du gouvernement contre 71,3% de désaveu et 6,4% d’indécis. De façon globale, les notes attribuées à ce premier axe se présentent comme suit : 60% d’insatisfaits, 28% de satisfaits et 12% de sans avis. Par ailleurs, 45 % des enquêtés affichent leur optimisme quant à la tenue de cet engagement du chef de l’Etat contre 42% de personnes pessimistes et 13% de sans avis.

Développer le capital humain

Figurent dans cet axe, la «normalisation des écoles d’ici 2020 », « le Renforcement des infrastructures d’accueil et équipements techniques au niveau de l’enseignement supérieur», «rendre disponible des financements adaptés pour accompagner les créations de PME/PMI destinés à l’emploi des jeunes», «encadrer l’urbanisation et répondre aux besoins en matière d’habitat et de logements sociaux», «l’amélioration de l’accessibilité des services de santé», Résorber les salles de classe sous abris précaires, «répondre aux besoins en eau potable  et  favoriser un cadre sain», «renforcer la participation de la femme aux instances de prise de décision et enfin, renforcer l’accès des femmes aux crédits». Le tableau a affiché un niveau de satisfaction de 31% contre 57% de personnes insatisfaites et 12% d’indécis. Au chapitre du niveau de confiance quant à la tenue de cet engagement du chef de l’Etat, 40% des personnes interrogées ont affiché leur manque de confiance contre 48% de personnes confiantes et 12% de sans avis.

Dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et les emplois

Cette rubrique a abordé les questions relatives à la promotion des produits locaux, l’amélioration des transports et l’accélération du désenclavement, la maîtrise de la production céréalière…Au finish, 55% des personnes sont insatisfaites contre 29% de satisfaction et 16%. Pour ce qui est du niveau de confiance, il ressort que  47% des personnes ont exprimé leur confiance à la tenue de cette promesse contre 37% autres qui ont affirmé ne pas avoir confiance et 16% de sans avis.

Gratuité des soins et accès à l’eau potable

Cette politique instituée au début du mandat du président Kaboré et qui a suscité beaucoup d’espoir a été passée à la loupe des enquêtés. Et ce sont 51% des enquêtés qui ont exprimé leur insatisfaction par rapport à la mise en œuvre de ce programme contre 46% de satisfaction et 3% d’indécis. Ces chiffres ont enregistré une évolution par rapport à l’enquête précédente réalisée en juin 2018 et qui donnait comme résultats, 49,3% d’insatisfaits 49,3% de satisfaits et 1,4 de sans avis.

L’accès à l’eau potable et l’objectif «zéro corvée d’eau» sont diversement appréciés par les personnes interrogées. En milieu urbain comme Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, la tendance générale est à la satisfaction. A ce titre la capitale burkinabè affiche 72,7% d’accessibilité en eau potable contre 24,9% tandis qu’à Bobo-Dioulasso les chiffres indiquent 60,6% contre 39,4% d’inaccessibilité. Pendant ce temps, les autres localités montrent 49% d’accessibilité contre un peu plus de 50% de taux d’inaccessibilité. Pour ce qui est de l’objectif «zéro corvée d’eau», il est ressorti qu’en milieu urbain, 58,6% d’enquêtés estiment qu’il est irréalisable contre 31,2% d’optimistes et 10,1% de sans avis. En milieu rural, ces chiffres sont respectivement de 54%, 29,6% et 16,3% d’indécis. L’ensemble de ces deux tableaux donne les résultats suivant, 55,7% de pessimisme contre 30,1% d’optimisme et 14,2% de sans avis

Le sens de la trajectoire en chute libre

Invités à se prononcer sur le sens de la trajectoire du pouvoir trois ans après l’investiture du président du Faso, 36% des enquêtés ont jugé qu’il va dans le mauvais sens tandis que 35% le voient d’un bon œil (bon sens) et 29% d’indécis. Notons qu’il était respectivement de 48%, 43% et 9% en juin 2018. L’action globale du président Roch Marc Christian Kaboré a reçu les appréciations de 46% de satisfaction contre 50% d’insatisfaction et 4% de sans avis. En juin dernier, ces chiffres étaient 51,14 de satisfaction contre 43,16 d’insatisfaits et 5,69 de sans avis. L’évolution de la confiance en la capacité du PNDES à mettre en œuvre le programme présidentiel connaît une chute vertigineuse. De 49,3% de crédit en juin 2017, elle a enregistré une baisse progressive en décembre 2017 avec un taux de 35%. En juin 2018, elle s’établissait à 27,3% avant de redescendre à 23% en ce mois de décembre 2018.

En définitive, la moyenne de l’action globale sur une échelle de 10 est de 4,79 en milieu urbain et de 5,003 en milieu rural. Cette moyenne au plan national est de 4,91 soit une baisse de 0,89 point.

Davy Richard SEKONE

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR