Symposium international de l’UIPF en mars :  Paix et sécurité au fil des claviers, micros et caméras

Symposium international de l’UIPF en mars : Paix et sécurité au fil des claviers, micros et caméras

Plus de 200 journalistes de 50 pays  du monde ayant la langue  française en commun, sont attendus au Burkina Faso, du 29 au 31 mars prochain, pour un symposium sur la problématique de la paix et de la sécurité. En prélude à l’évènement, l’Union internationale de la presse francophone (UIPF) a animé un point de presse, le jeudi 8 février 2018 à Ouagadougou.

Une mission de l’Union internationale de la presse francophone (UIPF) séjourne actuellement, dans la capitale burkinabè, en vue de préparer le symposium international sur la paix et la sécurité. La délégation compte rencontrer les autorités et la section locale de l’UIPF pour discuter des modalités d’organisation du symposium international dont le thème portera précisément, sur : «Médias, paix et sécurité».

«Nous sommes au Burkina Faso, dans le cadre des préparatifs du troisième symposium international de l’UIPF que nous comptons tenir du 29 au 31 mars 2018 à Ouagadougou», a indiqué le président de l’UIPF, Madiamabal Diagne, jeudi 8 février 2018, au point de presse. Selon M. Diagne, ce symposium international va regrouper quelque 200 journalistes de 50 pays  pour réfléchir sur la problématique de la paix et de la sécurité. «Le thème de notre symposium portera sur «Médias, paix et sécurité». Nous avons estimé que  la problématique de la sécurité dans un pays du Sahel qui est confronté à cette dynamique est importante», a-t-il confié.

Pour lui, ce symposium sera l’occasion de confronter les analyses, les points de vue de journalistes, d’acteurs qui interviennent dans le travail de recherche de la paix, mais aussi de la gestion des questions sécuritaires, à travers le monde. «Il y a aussi des experts de sécurité qui sont militaires, policiers, gendarmes, des juristes qui vont venir alimenter la réflexion, les discussions pour que les médias puissent être mieux aptes à prendre en charge la question de la problématique de la paix et de la sécurité», a ajouté le président de l’UIPF.

Selon la mission de l’UIPF, la section burkinabè s’est montrée ouverte et disposée à prendre l’initiative de l’organisation du symposium et l’ouverture sera présidée par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. «L’engouement que nous avons noté parmi nos participants pour venir à Ouagadougou, montre que le choix sur le Burkina a été un choix pertinent et nous pensons pouvoir tenir une bonne rencontre», a affirmé M. Diagne.

Pour le secrétaire général de l’UIPF, Jean Kouchner,  cette rencontre sera une occasion pour un certain nombre de journalistes qui viendront de nombreux pays de voir quelle est la réalité du Burkina. Pour lui, la réalité du Burkina ce n’est pas les très malheureux attentats qui ont eu lieu dans le passé.«La  réalité du Burkina c’est un pays qui vit, et qui essaie de faire tous les efforts nécessaires pour se développer, c’est aussi des régions où les gens vivent normalement en paix», a indiqué M. Kouchner.

Pour la troisième année constitutive, l’UIPF, organise un symposium international. C’est à Monaco que l’initiative avait été lancée avec l’organisation, au mois de mars 2016, du symposium «Médias et environnement en Méditerranée». L’Union internationale de la presse francophone (UIPF), est la plus ancienne association francophone de journalistes.

Alexandre TRAORE

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0