Tentative de déstabilisation: 3 civils accusés de complicité interpellés

Tentative de déstabilisation: 3 civils accusés de complicité interpellés

L’affaire de la tentative de déstabilisation imputée au colonel Auguste Denise Barry, inculpé et déposé à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA), depuis le mercredi 4 janvier dernier, connaît une avancée.

Hier mercredi 10 janvier 2018, trois civils ont été interpellés, et placés en garde à vue à la gendarmerie. Selon une source proche de «l’enquête qui suit son cours», ces trois personnes dont on ignore pour l’heure, l’identité et le statut, auraient reçu de l’argent et des armes blanches dans le cadre de l’opération de déstabilisation. «Ils avaient reçu pour ordre de semer le désordre dans la capitale à travers des actes de violences qui déboucheraient sur une situation de chaos. Il se pourrait que ces derniers soient bientôt déférés», indique cette source.

Interpellé le vendredi 29 décembre 2017,  par la gendarmerie, Auguste Denise Barry, qui dirigeait jusqu’ici le Centre d’études stratégiques en défense et sécurité (CESDS), est accusé de «tentative de déstabilisation», autrement dit la thèse du coup d’Etat. Selon plusieurs sources, il a été dénoncé par le colonel Serges Alain Ouédraogo, ex-chef d’état-major adjoint de la gendarmerie. Rappelons que le colonel Auguste Denise Barry, fut brièvement ministre de la sécurité en 2011, sous Blaise Compaoré (3 trois mois) avant de réapparaître, au lendemain de l’insurrection populaire de 2014 comme l’homme de confiance du lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida. Avec l’avènement de la Transition,  il hérite du très sensible portefeuille de l’administration territoriale et de la sécurité, avant de se voir contraint d’abandonner son poste en juin 2015, sous la pression du Régiment de la sécurité présidentielle (RSP)  d’alors, qui voyait d’un mauvais œil son influence sur Zida. Barry connaît un passage à vide, puis il officie comme conseiller technique au Ministère de la défense. Il rebondit en 2016, en créant le Centre d’études stratégiques en défense et sécurité, basé à Ouaga.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR