Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo : Des affrontements entre étudiants font une dizaine de blessés

Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo : Des affrontements entre étudiants font une dizaine de blessés

On sentait les choses venir. L’atmosphère était lourde depuis quelques jours, entre les étudiants du campus de Zogona. Les divergences nées  suite au mot d’ordre de grève de 72 heures, décrété par l’Association nationale des étudiants du Burkina pour exiger la levée des sanctions prises par l’administration contre un des leurs qui aurait bastonné un de ses camarades, ont fini par produire ce que l’on craignait.

Hier mercredi 6 décembre 2017, plusieurs promotions d’étudiants ont été contraintes de quitter les amphis par plusieurs de leurs camarades. Armés de gourdins, de pierres et de bâtons, des étudiants se réclamant de l’ANEB, ont agressé plusieurs autres «opposés» au mot d’ordre de grève décrété quelques jours, plus tôt. Selon une source médiatique, tout serait parti, lorsque les étudiants de lettres modernes 1 ont souhaité suivre un cours, estimant ne pas «avoir l’obligation de respecter le mot d’ordre de grève».

Des échanges entre des délégués ANEB et les étudiants de la promotion n’ont pas permis de départager les deux camps, les uns voulant suivre leur cours avec l’enseignant déjà présent au pavillon, les autres voulant empêcher ce cours pour motif de grève. Alerté, le ministre de l’enseignement supérieur, Alkassoum Maïga, est allé au chevet de certains blessés. Visiblement remonté contre ces «actes  condamnables», il a rassuré que les cours vont se poursuivre. «C’est triste pour un campus.

L’université mérite mieux que ça. C’est un espace où l’on doit avoir un débat, une dialectique d’échanges et quand on est battu du point de vue  des arguments, on laisse tomber. C’est ce qui doit être au campus aujourd’hui. Malheureusement, certains ont pris des gourdins pour massacrer leurs propres camarades. On n’est plus dans une logique de lutte syndicale, mais de violence pure et dure sur le campus.

Ça ne peut pas continuer comme ça. Nous avons pris contact avec la sécurité qui va faire son travail et on va réfléchir ensemble pour voir comment on peut sécuriser l’université pour que les cours puissent se dérouler. Pour le moment, on est au stade où on fait le point. On verra quel est le climat d’ensemble. Ma préoccupation aujourd’hui, c’est de faire en sorte que les cours puissent se faire dans le calme et après, on verra les mesures à prendre. Nous sommes déterminés à mettre de l’ordre sur le campus», a indiqué le Pr Alkassoum Maïga

Rappelons que cette crise est consécutive à l’exigence  de l’ANEB  de faire  lever la sanction infligée par l’administration à un des leurs, Yenilo Bahan, reconnu coupable d’agression physique sur un de ses camarades, suite à une altercation survenue sur le campus.

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0