Yasnémanégré Sawadogo :  «Les Etalons doivent leur performance à l’accompagnement du Fonds»

Yasnémanégré Sawadogo :  «Les Etalons doivent leur performance à l’accompagnement du Fonds»

Maillot jaune du Tour du Faso 2018 et récents vainqueurs du Tour de Guinée, les Etalons cyclistes finissent l’année sur les chapeaux de roue. Si le mérite de nos Etalons ne font l’objet d’aucun doute, la qualité des vélos affectés aux sélections nationales a beaucoup contribué à leur performance. C’est ce que nous a confié le président de la Fédération burkinabè de cyclisme, le commandant Yasnémanégré Sawadogo.

«Dans une discipline comme le cyclisme, je n’apprends rien à personne en affirmant que la qualité du matériel, notamment des vélos, joue un rôle important dans la performance des coureurs. Et pour cela, je commencerai par dire un grand merci au directeur général du Fonds national pour la promotion du sport et des loisirs (FNPSL), Marc Steeve Sanon, qui depuis l’année dernière, a mis les bouchées doubles pour qu’à ce Tour du Faso 2018, nous n’ayons pas à gérer des soucis liés aux vélos.

Il faut dire que dans un premier temps, nous avons réceptionnés dix (10) vélos, lors d’une cérémonie officielle en décembre 2017. Ces vélos acquis sur financement (18 millions de F CFA) du Fonds national pour la promotion du sport et des loisirs, nous les avons commandés avec le centre mondial de cyclisme en suisse, question d’être certain que ce sera des vélos de bonne qualité. Je dois dire que ce centre nous a beaucoup assisté, de telle sorte que nous puissions non seulement avoir de bons vélos, mais à un prix qui reste très abordable. Lorsque le ministre Daouda Azoupiou est arrivé, nous avons encore plaidé auprès de lui pour une novelle dotation au profit des Etalons. Dix (10) vélos c’est bien, mais le constat est que, sur le Tour du Faso, le Burkina aligne 18 coureurs. En plus de cela, il faut compter les vélos de rechange, ce qui nous envoie à un total de vingt-et-un (21) vélos.

Le ministre Azoupiou a bien reçu notre doléance.  Il a donné des instructions pour que nous puissions acquérir une dizaine de vélos en plus. C’est ainsi qu’en fin septembre, nous avons effectué une mission au centre mondial de cyclisme, pour non seulement les remercier de leur assistance, mais aussi, les inciter à nous envoyer en urgence, la nouvelle commande de dix (10) vélos dont  nous avions besoin pour le Tour du Faso. Une fois de plus, le centre nous a accompagnés et nous avons reçu les vélos autour du 17 octobre. En plus des vélos, le Fonds nous a permis d’acquérir des caisses de transport, pour ne pas abimer le matériel pendant les déplacements. 

Le budget (NDLR : Un peu plus de 23 millions de F CFA) nous a également offert la possibilité de payer des pièces de rechanges, ce qui nous permet d’économiser. Avant, les coureurs venaient avec les vélos de leur club qu’il fallait remettre à niveau, avant d’aller compétir. Cela nous coûtait 500 000 voire 1 million de F CFA. Aujourd’hui, nous n’avons plus ce problème, nous allons directement à la mise au vert. J’en profite pour remercier les présidents de clubs, qui ont matériellement accompagné la fédération durant toutes ces années. Ils ont fait un gros effort pour le cyclisme burkinabè.

Comme vous pouvez l’imaginer, cette nouvelle dotation qui portait le nombre de vélos à vingt (20), a apporté une grande sérénité aux coureurs et aux organiseurs du Tour que nous sommes. Contrairement à un passé récent où il fallait jongler avec le matériel, nous avions l’esprit tranquille, quant à la qualité de nos vélos. L’un dans l’autre, ce sont ces vélos-là qui ont contribué à la performance des Etalons sur ce Tour du Faso, et récemment en Guinée, parce que vous avez beau montrer votre envie, si le matériel ne vous le permet pas, vous partez handicapé, surtout face à des adversaires qui viennent bien outillés.

Je voudrai donc exprimer toutes mes reconnaissances au ministre des sports Daouda Azoupiou, ainsi qu’au DG du Fonds, Marc Steeve Sanon de cet accompagnement qui a permis aux Etalons de décrocher le maillot jaune lors de la 31e édition du Tour du Faso et le maillot jaune du Tour de la Guinée. Cependant, je voudrais profiter de vos colonnes pour soumettre une nouvelle doléance (rires). L’innovation cette année, c’est la course contre la montre. C’est une épreuve qui normalement, exige de vélos spécifiques.

Nous avons hérité de quatre vélos de course contre la montre. Nous avons fait un effort pour mettre les roues qui manquaient, mais c’est insuffisant pour nourrir des ambitions. Il va falloir que nous ayons des vélos adaptés à cette épreuve. Je voudrais une fois de plus me tourner vers le ministre des sports, El Hadji Daouda Azoupiou et le DG Sanon du Fonds, afin qu’ils voient dans quelle mesure ils peuvent nous aider à bénéficier de ces vélos. Si nous les avons, avec les entrainements et la volonté de nos Etalons, je suis persuadé que nous aurons moins de frayeur que lors du contre la montre passé. Des leçons que nous avons tirées de ce dernier Tour du Faso, il ressort qu’il nous faut nous adapter aux exigences de cette épreuve, et cela passe nécessairement par l’acquisition de ces vélos spécifiques du contre la montre».

Hamed JUNIOR

COMMENTAIRES

WORDPRESS: 0
Aujourd'hui au Faso

GRATUIT
VOIR